Le contexte de la souffrance au travail

Featured

Le contexte de crise et l’augmentation des pressions en milieu professionnel ont des conséquences à la fois sur la santé psychique mais aussi physique des salariés. Contrairement à l’idée reçue qu’il existerait un “bon stress” en milieu professionnel qui rendrait efficace et serait motivant, le stress devenu permanent (dans certaines entreprises ou à certains postes) peut entraîner un dérèglement du système nerveux et avoir un retentissement sur les fonctions vitales : respiration, circulation, digestion, système immunitaire ainsi que sur le sommeil. Certaines études confirment de potentielles conséquences graves du stress sur la santé.

Face à cela, le plus souvent, vous essayez de gérer le problème seul et en adulte. Vous êtes en proie au doute, souvent face à des problèmes ou à des conflits dont votre entourage ne comprend pas les enjeux, et auxquels vous ne trouvez pas de solution. Quelquefois, cette incompréhension vous isole encore davantage, où encore vous gardez tout en vous au risque d’arriver au point de rupture. Pour dépasser ces situations, l’aide d’un psychologue spécialisé en souffrance au travail est souvent le moyen le plus efficace : elle pourra vous permettre de vous réapproprier du sens et de trouver des solutions d’équilibre.

Le stress, le burn-out, le harcèlement ne sont pas uniquement des fatalités contre lesquelles vous n’avez aucune ressources, à condition de ne pas rester seul(e) face à ces phénomènes.

Si vous vous sentez stressé, angoissé, irritable ou surmené, si vous souffrez de maux de dos, de problèmes digestifs, de palpitations, de baisse de la libido, de troubles du sommeil récurrents,  et que votre médecin n’y voit pas d’autres causes somatiques, il est sûrement temps de consulter un spécialiste de la souffrance au travail. Il en est de même, si vous allez au travail à reculons ou encore si à la suite d’une expérience difficile, vous avez du mal à affronter de nouveau le monde du travail.
Nous pourrons ainsi élaborer ce qui se passe ou s’est passé à votre travail, et trouver des solutions d’équilibre ou d’autres manières d’appréhender votre travail dans l’avenir. Prendre le mal à sa racine tant qu’il est temps peut vous permettre d’éviter de glisser vers des pathologies ou des traitements plus lourds.
Enfin, si les exigences du travail vous amènent à consommer des produits, que ce soit pour améliorer votre performance, pour “tenir le coup” face aux pressions, ou encore pour réussir à “décrocher du travail” et des angoisses qu’il génère, nous pourrons certainement trouver d’autres solutions

Pour aller plus loin…

Les salariés sont aujourd’hui confrontés aux exigences croissantes du travail, à la performance et aux évaluations, dans un contexte durable de crise économique et de changements organisationnels de plus en plus fréquents. Dans ce contexte, la peur de perte d’emploi et de précarisation est grande et les salariés font face à ces nouvelles exigences, avec    plus ou moins de difficultés. On observe, en effet, une augmentation de l’expression d’une souffrance psychique, mais aussi une progression du dopage au travail et des pratiques addictives, et enfin, une hausse des déclarations de maladies professionnelles.

De plus, selon le dernier rapport de l’OCDE, les problèmes de santé psychique au travail (dépression, anxiété, stress…) sont en forte progression et touchent 1 salarié sur 5. Selon ces estimations, 70 % des salariés présentant des symptômes modérés ne recevraient aucun traitement, et les conséquences pourraient aller de l’absentéisme à la désinsertion professionnelle. L’OCDE prévoit une aggravation de cette situation dans les années à venir, du fait de l’augmentation de la proportion de salariés exposés au    stress sur leur lieu de travail. Il existe donc des enjeux importants : pour l’entreprise, il s’agit de prévenir les risques psychosociaux et pour l’individu, de recevoir, le plus tôt possible, une prise en charge adéquate, afin d’augmenter ses chances de conserver son emploi ou d’en retrouver un.

Aujourd’hui, l’individu est potentiellement confronté, notamment au cours de changements organisationnels, à des phénomènes qui peuvent mettre à mal son équilibre psychique et sa santé physique. On peut citer :

  • l’intensification du travail et du temps de travail,
  • l’insécurité de la situation de travail (par exemple, la peur de perdre son emploi),
  • les conflits de valeur et la confrontation à de nouveaux idéaux (différents de ceux qui avaient déterminés le choix de la profession),
  • l’augmentation des exigences émotionnelles,
  • la perte d’autonomie,
  • la perte de possibilité d’anticipation et le travail en flux tendu,
  • la plus forte dépendance au travail d’autrui dans l’accomplissement des tâches,
  • l’isolement (dû notamment à la dématérialisation des moyens de communication),
  • les effets de la mise en place de systèmes d’évaluation sur la relation avec les collègues et la hiérarchie, …

Le travail devrait être pour l’individu un lieu de réalisation de soi. Le travail est en effet un lieu central dans la construction de l’identité et de l’estime de soi :. la construction psychique passe par le regard de l’autre et, entre autres, par la reconnaissance de la qualité de son travail. Or, le monde du travail a subi de profondes modifications au cours des dernières décennies.